Martinot cierra el CSIO como empezó, con triunfo

3 septembre 2007 – El Comercio (Espagne)

(traduction en fin d’article)

Cuando fue llamando a la ceremonia de entrega de escarapelas y trofeos, Jean Michel Martinot debió revivir lo que había experimentado tan sólo cuatro días antes. Mismo escenario, mismo premio. 2.500 euros que se suman a su botín inicial.

Jean Michel Martinot se va de Gijón con dos triunfos. Fue uno de los jinetes que se incorporó al CSIO. En la jornada inaugural se apuntó la victoria en la prueba pequeña y ayer, en la de clausura, volvió a ganar. Se embolsó con su triunfo sobre « Krishna Merze » 2.500 euros. Pero lo que menos pareció importale ayer a este francés era el dinero. A Martinot le gustan, mucho, las pruebas contra reloj. Se nota. Se le vio con ganas de despedirse a Las Mestas dando lo mejor de sí, ofreciendo al público un buen espectáculo.
Y ese espectáculo fue merecedor de premio, del Premio Oquendo. Acabó su participación con 24 puntos en su casillero, en un tiempo de 65,83 segundos. Otra satisfacción para el equipo francés, que ha completado un buen concurso.

Tampoco se puede quejar Holanda, que ayer pasó la jornada en blanco, es cierto, pero que protagonizó actuaciones memorables. Ayer Jur Vrieling, que corrió con « Sorrento », ocupó la segunda posición, por delante del germano Henrik Griese sobre « Texas ». La cuarta plaza correspondió al tambien francés Julien Epaillard, que participó con « Commissario » en la prueba pequeña de la jornada de clausura del CSIO. Estos tres jinetes completaron sus actuaciones con 23 puntos en su casillero. El quinto « invitado » a la ceremonia de entrega de trofeos fue el brasileño afincado en España Pedro Renault, con « Kellandaise ».

Y el mejor español en esta prueba, Pablo Domínguez, el único que propició que el himno nacional sonara en Las Mestas. El jinete gallego, con « Rocket Power 2 », se clasificó séptimo, un puesto por delante de Jesús Garmendia y « Jivaro du Fraigneau ».
El asturiano mejor clasificado en el Premio Oquedo fue Marcos Díaz, con una decimotercera posición montando a « Gonzalez 129 ».

A.R.A.


Martinot termine le CSIO comme il l’a commencé, avec triomphe

Quand il fut appelé à la cérémonie de remise des cocardes et trophées, Jean-Michel Martinot a dû revivre ce qu’il avait expérimenté seulement quatre jours plus tôt. Même scénario, même prix, 2.500 euros qui s’ajoutent à sa cagnotte initiale.

Jean-Michel Martinot, un des cavaliers qui a participé au CSIO, repart de Gijón avec deux triomphes. Déjà victorieux dans la petite épreuve lors de la journée inaugurale, il a de nouveau gagné hier dans celle de clôture et a empoché 2.500 euros avec son triomphe sur « Krishna Merzé ». Mais l’argent n’était pas ce qui paraissait le plus important hier aux yeux du français. Martinot adore les épreuves chronométrées. Cela se voit. Il a pris congé de Las Mestas en donnant le meilleur de lui-même, et en offrant un bon spectacle au public.
Et ce spectacle méritait un prix, le Prix Oquendo. Il a terminé sa participation avec 24 points à son actif dans un temps de 65,83 secondes. Une autre satisfaction pour l’équipe française, qui a réalisé un bon concours.

On pourrait en dire autant de la Hollande, qui, c’est certain, a vécu une journée blanche hier, mais qui a réalisé des parcours mémorables. Hier Jur Vrieling, qui courrait avec « Sorrento », a obtenu la deuxième place, devant l’allemand Henrik Griese sur « Texas ». La quatrième place revenait à un autre français Julien Epaillard, qui participait avec « Commissario » à la petite épreuve de la journée de clôture du CSIO. Ces trois cavaliers ont terminés leur concours avec 23 points à leur actif. Le cinquième « invité » à la cérémonie de remise des trophées fut le brésilien installé en Espagne Pedro Renault, avec « Kellandaise ».

Et le meilleur espagnol de cette épreuve a été Pablo Domínguez, le seul qui a permis à l’hymne national de résonner à Las Mestas. Le cavalier galicien, avec « Rocket Power 2 », s’est classé septième, un point devant Jesús Garmendia y « Jivaro du Fraigneau ».
L’asturien le mieux classé dans le Prix Oquedo a été Marcos Díaz montant « Gonzalez 129 », en treizième position.

A.R.A.
(traduction Martinot.fr)

  • Nos partenaires

    logo-lambey meyer-selles logo-samshied logo-horse-travel logo-burattau