Martinot roi du Cercle hippique

2003 – Le Bien Public
Le cavalier clunysien Jean-Michel Martinot a été le grand animateur du jumping d’automne de Dijon qu’il remporte pour la deuxième année consécutive.

Jean-Michel Martinot peut avoir le sourire. Pour la seconde année consécutive, le cavalier bourguignon s’impose dans le petit Grand Prix du concours d’obstacles (CSO), organisé par le Cercle hippique dijonnais. Une victoire d’autant plus méritoire que le Clunysien rafle les trois premières places et classe ses trois chevaux parmi parmis les premiers. En s’élançant en quatrième position, il réalise le premier sans faute avec Héroïne Merzé, et se qualifie directement pour le barrage. Une qualification qu’il obtiendra également avec Fabuleux Merzé quelques minutes plus tard, sur un parcours marqué par de nombreux abandons, et par la chute spectaculaire du Champennois Damien Siri, heureusement sans gravité.
Il est vrai que le chef de piste n’avait pas ménagé les chevaux, en leur proposant un tracé on ne peut plus difficile. Avec un triple, un double, et un spa, les concurrents n’avaient pas moins de seize sauts à accomplir sur des barres d’une hauteur de 1m 45. Une difficulté que seuls Jean-Paul Charignon et Xavier Ducotterd réussissent à franchir, permettant aux deux cavaliers de Rhône-Alpes d’accompagner Jean-Michel Martinot pour la session de barrage.
Mais le Bourguignon ne laisse pas à ses adversaires l’occasion de croire à la victoire, puisqu’il réalise d’entrée le parcours parfait avec Héroïne Merzé, sur un tracé ramené à huit sauts Jean-Paul Charignon et Xavier Ducotterd faisant respectivement 8 et 13 points, Jean-Michel Martinot est assuré de gagner avant même de s’engager avec Fabuleux Merzé.
« C’est une très belle victoire qui va me mettre en confiance avant les gros concours de Saint-Lô et de Caen », explique Jean-Michel Martinot. « On va enfin arrêter de m’appeler le Raymond Poulidor des concours dijonnais, surtout après mes deux secondes places à Bonvaux, il y a quinze jours, et à l’Etrier de Bourgogne au printemps dernier. »
Jean-Michel Martinot était donc le plus heureux des cavaliers en quittant Dijon hier après-midi, puisque cette victoire lui permet non seulement de gagner de précieuses places au classement Pro 1, mais également d’espérer une future sélection en équipe de France. Le rêve est à portée de main.

B. L.

  • Nos partenaires

    logo-lambey meyer-selles logo-samshied logo-horse-travel logo-burattau